Brik @ Brak

Journal Brik @ Brak

J6-06 Inspecteur Lefart : le choix Partie 2

Rédigé par Alexis 5 commentaires

Notre cher inspecteur est de retour !

- Je pense qu'il y a d'autres systèmes, et donc que ma mort est assurée si je refuse. Et puis, pourquoi pas, après tout ? J'accepte !
- C'était la réponse que j'attendais ! On vous emmène à l'aéroport, et bienvenue en Amérique ! Votre poste est pour l'instant l'antiterrorisme, et j'ose espérer que vous ferez des miracles et monterez rapidement en grade. 

Un jour plus tard …

- Voici votre bureau, et pour bien commencer, une bombe a été désamorcée de justesse au pied du mont Rushmore ( montagne des États-Unis ornée de quatre têtes de présidents). Enquêtez à ce sujet.           

18 heures plus tard .

- On est enfin arrivé ! Alors … Qu'avons nous donc?… commença Lefart
- Plusieurs bâtons de dynamite placés à différents endroits afin de former le mot ******(censuré) continua l'agent.
- Intéressant … Des indices ?
- Oui. Une voiture avec de fausses cartes d'identité.
- Cela se fait beaucoup depuis le massacre dans le journal satirique à Paris, début 2015 …
- En effet … Il y a aussi un portefeuille.
- Donnez-le moi … De la fausse monnaie, une photo de famille. Hmmm … commenta Lefart
- Des touristes l'ont décrit très précisément: la quarantaine, coupe au bol, rasé, les yeux globuleux et la bouche fine. Selon nos recherches, il a un très grand casier judiciaire de petits délits. Il habite la ville d'à côté, Rapid City. Nos agents sont allés l'interroger et … Le talkie-walkie  lui coupa la parole pour crier : "On demande une frappe aérienne, une frappe aérienne …"
- Mais l'aviateur Follow n'est pas là, capitaine !
- Pas de souci, Lefart s'en occupera !
- Mais j'ai jamais piloté d'hélicoptère !
- Faites comme vous le sentez, et vous y arriverez ! Faites-moi confiance.
Le talkie-walkie répéta : "Frappe aérienne immédiate rue 21 à Rapid City"
- J'y vais alors …
Il suffisait de suivre les hélicoptères. Mais lorsque le terroriste arriva près des éoliennes, on ne put rien faire. Soit il le laissait passer, soit il était broyé. Lefart sauta en parachute et attrapa l'homme.

Un jour plus tard.

- Lefart ! Félicitations ! Le terroriste a avoué. Mais on a dû le forcer à notre manière …
- Je n'aime pas vos techniques … C'est trop brutal …
- Mais ça marche. Une nouvelle enquête. A Los Angeles, on a posé de la dynamite sur les lettres de Hollywood. Après les bombes désamorcées, un homme aurait lancé une fusillade dans Hollywood, puis aurait accéléré à bord d'une voiture volée, écrasant plusieurs passants. Après quoi il s'est suicidé, en se tirant une balle de sa Kalachnikov dans la tête. Mort sur le coup. Vérifiez si les deux actes sont reliés.

Quelques heures plus tard.

- Plusieurs éléments sont les mêmes. Les mêmes empreintes digitales, la même description physique, et la même carte d'identité, dit un gardien de la paix
- Intéressant … Donc là, vous me dites que c'était le même homme pour les deux attentats. Je peux voir la description physique ?
- Non surtout pas !!!!!!!
Le gardien de la paix leva la description physique. Lefart répondit :
- Si vous ne me donnez pas ce portrait-robot, je vous inculpe pour complicité. Donnez moi ça.
Le gardien de la paix commença à courir. Lefart le poursuivit et l'attrapa. L'homme pointa son revolver sur la tête de Lefart, mais Lefart eut le réflexe de tordre le bras de son agresseur pour qu'il lâche l'arme, puis la ramassa. Le gardien de la paix tendit les documents à Lefart.
- Je m'en doutais... Vous et le terroriste ne faites qu'un.
- Et le cadavre dans la voiture ?
- C'est bien simple. Vous avez assassiné quelqu'un et l'avez placé dans votre voiture. Votre frère jumeau en plus! Le pauvre n'avait rien demandé.
- Hein?… Vous êtes malin, vous ! Et oui, je l'avoue. C'est moi. On se reverra en Enfer !!!!
L'homme se tira une balle dans le cou.

Le lendemain matin, FBI

- Le voilà ! Attrapez-le ! Tous les hommes du FBI se jetèrent sur Lefart, qui courut jusqu'à une voiture de sport, et la vola. Il accéléra et sortit de Washington. Il sortit de route, et tomba dans un fossé. Les voitures s'arrêtèrent et tous tirèrent sur Lefart. L'un lui dit : "Ça, c'est pour ce que tu ne devais pas savoir". Et Lefart ferma les yeux …

 

 

 

 

 


Chapitre 3 : Le Miracle.

Lorsque Lefart ouvrit les yeux, il était à l'hôpital.
- Vous vous êtes réveillé ?!  C'est un miracle ! Comment survivre face à un choc pareil? dit une infirmière
- Que s'est-il passé ?
- Vous ne vous en souvenez pas ? C'est normal.Vous avez eu un accident de voiture, et on a retrouvé deux balles dans votre poitrine. Un homme serait normalement mort ! Quel Miracle !
- Madame, il faut que je rentre absolument en France ! Je me souviens de cet accident. Les journaux en ont-ils déjà parlé ? 
- Non, pourquoi ?
- C'est trop long à expliquer. Vous pensez que je peux me lever ?
- Non, c'est trop dangereux.
Mais Lefart n'écouta pas l'infirmière. Il se leva et courut à l'aéroport. L'infirmière cria : "Mais vous ne pouvez pas partir ! Arrêtez vous !"

A l'aéroport
- Mince ! Les membres du FBI sont partout ! Il faut que je parvienne à l'aéroport sans qu'on me remarque ! pensa Lefart.
Il se cacha derrière des objets, reçut des places d'avion en échange du reste de la monnaie de son portefeuille. Mais il se fit repérer par un militaire du FBI. Une course poursuite commença. Lefart courait plus vite que son assaillant. Il réussit à rentrer dans l'avion qui décolla avant que le FBI n'arrive.
Il ne savait pas où il atterrirait.

Après 7 heures de vol, il atterrit en Alsace.
- Étrange … EuroAirport Basel-Mulhouse-Freibourg. Je suis en Alsace ... Normalement, un avion comme celui que j'ai pris, atterrirait à Paris … Étrange … Bon, je pense que je suis tranquille ici. Il me suffit maintenant de chercher un appartement ou une maison de libre, pour que j'y habite, et que je puisse ouvrir mon cabinet de détective. Voyons voir les annonces … Maison spacieuse avec salle de bain, salon, cuisine, à Urschenheim. Où est-ce?… Un petit village de campagne, je ne suis pas près d'avoir des enquêtes … En plus, à 225.000 euros, c'est pas mon budget !
Au suivant … En exclusivité à Colmar: superbe appartement F4 comprenant 3 chambres, une cuisine équipée, balcon, loggia, parking privatif. Proche toutes commodités, centre d'activités sportives et écoles, pas de travaux à prévoir, belles prestations. A voir absolument!  :
Et pour 110000  euros.

Quelques semaines plus tard … Aménagement terminé.

- Mon cabinet de détective est ouvert et mon premier client arrive.
- Monsieur Lefart ? J'ai très peur ! Ma petite fille a disparu depuis avant-hier soir.
- D'accord, je vais savoir où elle est rapidement, ne vous inquiétez pas, dit Lefart. Heureusement que j'ai acheté cette machine qui capte la position de personnes, pensa-t-il . Enfin plutôt leur téléphone... Madame ?
- Oui ?
- Votre fille a-t-elle un téléphone portable ?
- Oui.
- Quel est son nom ?
- Louise Bertrand.
-Très bien. Lefart tape quelque chose sur sa machine et a l'air de s'énerver. Il questionna :  Connaissez vous son numéro  de téléphone ?
- Oui. 0612154868.
- D'accord. Il continue de taper sur sa machine. Elle est dans le quartier des Maraîchers. J'y vais.
- Je vous accompagne.
- Non ! Restez là !
- Bon, d'accord.
Lefart rentra dans sa Renault 12 et fonça à l'endroit qui était indiqué. Il n'oublia pas son revolver  silencieux.

Plus tard …

- C'est dans ce champ ? Peut-être dans cette cabane, là bas, au fond... Allez, j'y vais.
Lefart courut dans le champ. Il entra dans la cabane et y découvrit une trappe. Il descendit et arriva dans une cave à vin. Soudain une balle frôla son corps. Il se plaqua contre un mur et chercha l'homme qui lui voulait du mal. Lorsqu'il le découvrit, il pressa sur la détente de son silencieux et blessa légèrement l'individu. C'était exactement ce qu'il voulait. Tuer n'était pas le but. Il ne blesserait qu'en cas d'extrême nécessité. Il continuait à avancer comme dans un jeu de guerre idiot où tuer est le seul but. Mais ce n'était pas pareil. Il ne tuait pas. Il avançait prudemment, lorsqu'un homme le frappa par derrière avec une matraque. Lefart, un peu sonné mais toujours sur pied, se retourna et réussit à maîtriser son adversaire et à récupérer une clef que l'homme portait. Il avança toujours prudemment dans ce labyrinthe et trouva une porte. Il l'ouvrit et découvrit une petite fille. La fille de sa cliente! Il la sauva vite et l’amena dans sa voiture. Il rentra à Colmar après avoir téléphoné aux policiers.
La femme, heureuse, lui présenta une liasse de billets qu'il refusa. Par contre, il fêta sa première enquête résolue ici avec du champagne. Cela lui fit beaucoup de publicité, si bien que des gens des quatre coins du monde venaient dans son cabinet pour lui parler du chien qui a disparu depuis six jours etc… Un jour qu'il se rendait chez une cliente de Colmar sur son scooter, on entendit un bruit. Lorsqu'on se retourna en direction de ce son, on vit Lefart, allongé dans une mare de sang, criblé de balles. Etait-il mort ? Seul Dieu le sait …

FIN


                                                    

Rédacteur en chef depuis le début de l'aventure du journal, je suis plein de curiosité que j'aime vous faire partager.

Les tops et les "le Saviez-vous ?" sont mes articles les plus fréquents, mais il m'arrive d'écrire des articles sur un sujet précis.

 

5 commentaires

#1  - Pâko a dit :

Bon sang de bon sang ! Lefart est-il mort ??? On veut savoir !

Répondre
#2  - juju a dit :

y a t' il une suite ?
le suspens joue bien son rôle !!

Juju

Répondre
#3  - noe a dit :

juju :
En voulez-vous une ?

Répondre
#4  - Alexis a dit :

Je ne suis pas sûr qu'il y en aura une. À part si vous me convainquez vraiment ...

Répondre
#5  - Franck a dit :

Dommage, Lefart. Mais fallait être plus attentif !!! J'suis sûr qu'c'est le FBI qui a fait ça !

Répondre

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article