Brik @ Brak

Journal Brik @ Brak

Attentat chez Charlie

Rédigé par Brik@Brak Aucun commentaire

 Que s'est il passé, et comment ?

   Le 7 janvier 2015, 11h30. Deux homme armés de fusils du type « kalachnikov » et cagoulés sont arrivés dans la Rue Nicolas-Appert, dans le XIe arrondissement à bord d'une voiture volée. Les hommes ont demandé où se trouvait le siège de Charlie Hebdo en tirant des coups de feux. Une fois dans le bâtiment, un homme, par la suite refroidi, les conduit alors dans la salle de réunion où se trouvait toute la rédaction de Charlie Hebdo. Ils ouvrent la porte et disent qu'ils visent Charb, le directeur de production ainsi que caricaturiste. Ils le descendent avec neuf autres, dont les célèbres caricaturistes Cabu et Wolinski, ainsi que l'économiste Bernard Maris. Ils se disent faire partie de l'agence terroriste AI-Qaeda. Ils ont aussi tué un policier de surveillance à Charlie Hebdo.

   En sortant pour regagner leur voiture, ils crient dans la rue « Allah Akbar ! » signifiant « Allah est le plus grand ». Puis ils montent dans leur véhicule. À plusieurs reprises ils rencontrent des patrouilles de police. Et à un moment, ils crièrent : « on a vengé le prophète Mahomet ! On a tué Charlie Hebdo ! ». Rue de Meaux, une conductrice dont le véhicule a été percuté affirme avoir aperçu un troisième homme dans le véhicule.

 

Hommages

Francisco Javier Olea :

"Prenez les armes camarades".

 

Ruben L. Oppenheimer :

Cette fois-ci, les tours jumelles sont des crayons, symbole des dessinateurs.

 

Le dessin de Johan Sfar (ci-dessus) interprété par Miguel Villalba Sánchez :

 

Loïc Sécheresse :

Le poing levé, le crayon à la main... même si le sang coule.

 

Géraldine Stringer :

Le crayon seul, calciné par les armes des terroristes...

 

Source : Libération

Si tu lis ceci, c'est sans doute que c'est une vidéo là-haut (il y a 92,38% de chance que ce soit ça)...

Bah c'est tout ce qu'on a à te dire...

Ah non : abonne-toi !

 

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article