Brik @ Brak

Journal Brik @ Brak

J5-07 Inspecteur Lefart : le choix Partie 1

Rédigé par Alexis 11 commentaires

                Le choix

                 Partie 1

Chapitre 1 : Pour rentrer dans l'histoire …

   Nous sommes le Lundi 8 mai 2017, et nous pouvons lire dans les journaux ceci :

Douarnenez 16:15, 14 rue Ernest Renan. Un scientifique a été retrouvé assommé et ses documents volés. Certaines personnes affirment n'avoir rien entendu, mais vu le célèbre commissaire de cette ville, Cristian Lefart. Il nie tous les faits. Son procès sera le 10 juin 2017. Nos intrépides journalistes ont réussi à avoir une interview de ce suspect.
« Je dirai toute la vérité lors de mon procès. Mais ils n'entendront que ce qu'ils ont déjà entendu. Ce drame est la priorité de la police des polices en ce moment. »

   Petit saut au commissariat, où deux brigadiers discutent …

- Alors Pierre ? Des nouvelles du commissaire ?
- Il est au plus mal... Oh mais regardez qui va là !
- Hé ! Inspecteur Laforge, c'est comment la police des polices? Notre inspecteur rentre alors dans le bureau du commissaire.
Si nous entrons dans cette pièce, nous pouvons entendre ce fameux chef de la police des polices dire à Lefart
« Suivez moi, je vous arrête pour complicité. »

   Le lendemain matin :
« Alors, cette nuit en prison, c'était comment ?»
- Eh bien, pour tout vous dire, c'est plus agréable que chez moi.
- Est-ce que vous vous foutez de moi ?
- Non, mais j'ai plutôt pensé voir des criminels derrière les barreaux que moi !
- Et bien il  faudra s'y faire ! A partir de maintenant, vous êtes un criminel, et c'est pas un monde joli-joli...
- Je le connais suffisamment, ne vous inquiétez pas !
- Bien, vous serez transféré au centre pénitentiaire de Lorient-Ploemeur.

Chapitre 2 : Rencontres...

   Le juge frappa avec son marteau et dit :

«- Cristian Lefart, vous êtes suspecté de complicité, de meurtre, et de vol de papiers. Que plaidez-vous ?
- Je vais dire la vérité … Coupable, monsieur le juge.
Des cris se firent entendre dans le public.
- SILENCE ! SILENCE ! cria le juge en tapant avec le marteau contre le socle.
- Il le fallait pour la santé publique !
- Et que disaient ces documents ?
- Une maladie inconnue ! 1ère phase, des douleurs musculaires. Seconde phase, des vomissements de sang. Troisième phase …
- Ça va, ça va… Épargnez-nous les détails… Je vous condamne à 10 ans de prison ferme ! »

   Lendemain, prison.

   Lefart dort sur un lit, miteux; autour de lui, des murs tagués. Un garde ouvre la porte et réveille notre héros qui se lève, et en un rien de temps, assomme les deux gardes et les jette dans la cellule. Ayant été bien sûr avertis par le bruit, tous les policiers coururent sur Lefart, qui se jeta par la fenêtre, atterrissant dans un fleuve. Il vola une motocross à coté de lui, et fonça semer les agents. Derrière lui, des dizaines de voitures le poursuivaient. Il rentra dans un petit village typique de Bretagne, et avec une centaine de mètres d'avance, se cacha dans une ruelle.
   Mais une journée plus tard, la nouvelle fait déjà le tour des journaux. " Voleur en liberté, si vous voyez cet homme, signalez le nous …"  Lefart se réfugie chez son frère, chez moi donc, qui vous raconte cette histoire. Je disais donc qu'il vint chez moi, tout calme, comme s'il ne s'était rien passé. Je lui dis alors :
  « - T'as pas changé, toujours comme tu étais, à faire l'idiot.
- Que veux-tu ? Je pouvais pas moisir en prison, me répond-il sur cet air de Roxy Music, souvenir de jeunesse.
- Tu te souviens de cette musique ? On l'écoutait tout le temps, quand on était jeune !
- Surtout toi !
- Puis après, je suis parti faire mes études. Et là, on se retrouve. Dommage que ce soit dans ces conditions là.
Sur le coup, on toqua à la porte. Quand je demandai qui c'était, on me répondit : « la police ».
- Vite ! lui dis-je. Passe par la porte du jardin, et réfugie toi derrière la palissade ! Pour une fois, il m'obéit au doigt et à l’œil. Je sentais les policiers s'impatienter derrière la porte et on me cria : « Ouvrez ! Sinon on enfonce la porte ! » Comme je tiens à ma porte, et que mon frère s'est caché, je leur ouvre. Le gradé me dit faire un interrogatoire, et ordonne aux officiers de fouiller la maison.
    « - Connaissiez-vous bien votre frère ? commença-t-il
- Non, nous n'avions pas de bonnes relations, mentis-je.
- Auriez vous une idée d’où il se cacherait ?
- Non, répondis-je mais je me tus vite en voyant cette foule de flics fouiller mon jardin.
- Depuis combien de temps ne vous êtes-vous pas revus ?
- Depuis notre jeunesse.
- Vous savez que si vous avez des détails pour faire avancer l'enquête, n'hésitez pas à nous en parler.
Je n'eus pas le temps de répondre, qu'un officier arriva avec mon frérot entre ses mains.
- Regardez qui on a trouvé, chef !
- Ok ! Merci, les gars ! » Le « chef » s'en alla en me regardant méchamment, d'un air de dire : "J'en ai pas fini avec toi !"

   Un jour plus tard, Lefart ...
- Monsieur Lefart ? Le directeur veut vous voir.
Il entra alors dans le bureau et le fameux directeur l'accueillit avec un mystérieux personnage en face de lui.
- Ah ! Asseyez-vous, détenu ! Vous êtes libre ! Je me suis arrangé avec ce monsieur et à vrai dire, vous êtes l'homme qui valait 30 millions ! Car c'est avec cette somme là que vous êtes libre !

   Lefart sortit alors du bureau en compagnie de l'homme mystérieux. Il entra dans une limousine, et ce personnage lui dit : « Je vous ai fait sortir de prison pour que vous rejoigniez notre association : je vous propose de partir à Washington pour rejoindre le FBI. Si vous refusez, je pense que vous irez là haut, rejoindre Saint-Pierre au paradis. Choisissez !»

 

À suivre...


Mettez vous dans la peau de Lefart et répondez dès maintenant quel choix il doit prendre !

Rédacteur en chef depuis le début de l'aventure du journal, je suis plein de curiosité que j'aime vous faire partager.

Les tops et les "le Saviez-vous ?" sont mes articles les plus fréquents, mais il m'arrive d'écrire des articles sur un sujet précis.

 

11 commentaires

#1  - Kolégrame a dit :

je pense qu' il ne devrait pas aller au F.B.I.

Répondre
#2  - Alexis a dit :

Pourquoi ?

Répondre
#3  - Maxime a dit :

Si j'étais lui, j'y irais !

Répondre
#4  - Louis a dit :

Perso, moi, j'y irais, au F.B.I !!

Répondre
#5  - noe a dit :

Nous avons donc, pour l'instant, un choix positif à la question posée.

Répondre
#6  - Alexis a dit :

DERNIER JOUR POUR RÉPONDRE !!!!!

Répondre
#7  - Françoise Mollande a dit :

Ah ben non, va pas au FBI, c'est des espions ....

Répondre
#8  - noe a dit :

@Alexis :
Qu'il y aille... Ça sera mieux pour sa peau !!

Répondre
#9  - Alexis a dit :

Merci pour ces réponses, j'écris de ce pas la suite !
Désolé pour ceux qui ne le voulaient pas, il va au FBI ! Il y aura plus d'action...

Répondre
#10  - Alice a dit :

Merci pour cet article, est-il possible d'ajouter le module pour s'inscrire aux commentaires ? J'aimerais pouvoir en profiter :-)

Alice

Répondre
#11  - noe a dit :

@Alice :
Vous pouvez toujours vous abonner au flux rss des commentaires.
Fil des commentaires

Répondre

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article