Brik @ Brak

Journal Brik @ Brak

J2- 03- decouverte : Marseille

Rédigé par Noé 1 commentaire

                 MARSEILLE

Région : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Département : Bouches du Rhône

Superficie ~ 241 km²

Habitants : 850 636  (2011)

Marseille est le premier port de France et le cinquième d'Europe.


HISTOIRE

Une légende raconte la fondation de Marseille. Tout commence quand Marseille n'est pas encore Marseille... Non loin de la côte, vivaient les Ligures. Un jour, Nanno, leur roi, dit à sa fille qu'il était temps pour elle de se marier et que ce jour-là, elle devait choisir celui qu'elle épouserait. Ce même jour, Protis et ses troupes, des Phocéens, arrivèrent dans un port naturel, qui est actuellement le Vieux-port. Le soir, Gipthis devait décerner la coupe d'or à l'élu de son cœur. Et c'est Protis qui, sous l'étonnement de tous les Ligures, la reçut. En cadeau de noce, Nanno donna à Protis et son équipage un bout de terrain où ils purent s'installer. À cet endroit, ils fondèrent : Massilia.
Marseille fut fondée vers 600 av. J-C sous le nom de « Massilia » par des marins grecs, les Phocéens, venus de Phocée, en Asie mineure.
Ils arrivèrent  sur des bateaux mesurant jusqu'à 14 mètres de long ! Ces navires étaient construits avec une nouvelle technique pour l'époque : les morceaux de bois étaient assemblés au moyen de tenons, chevilles et mortaises. Par contre, cette technique, n'étant pas encore très bien maîtrisée, pour toutes réparations, ils utilisaient l'ancienne, où ils assemblaient les morceaux par ligature (en lin). Ces bateaux ont été retrouvés sur la place Jules Verne de Marseille.

L'opéra municipal, le seul bâtiment qui n'est sur aucune carte postale

Ils s'installèrent dans ce lieu parce qu'ils pouvaient profiter d'un excellent emplacement pour un port. On peut y trouver trois buttes qui portent le nom de : butte des Carmes (40 m), butte St Laurent (26 m) et butte des Moulins (42 m).
La grotte Cosquer, qui fut découverte en 1992, est une caverne qui fut occupée entre 27 000 et 19 000 avant le présent ( avant 1950 ). 
Au cours du IIe siècle av. J-C, Marseille se trouva face à la puissance croissante des Gaulois, ses voisins. Pour résoudre ce problème, elle appela Rome à son secours.


Sur le « Vieux-port »  plein de bateaux...


En -49, une guerre civile romaine qui opposa le Sénat (Jules César) avec Pompée se déclencha et Marseille refusa d'y prendre part. Mais le 27 juin de 49 av. J-C, Rome prit Marseille suite à une bataille navale.
Au Ve siècle, on décida de bâtir une grande cathédrale (actuellement la basilique St-Victor) au centre de la ville.
En 588, des navires venant d'Espagne débarquent dans le port de Marseille. Malheureusement, ils véhiculent la Peste. Marseille connut alors une épidémie qui succéda à deux siècles d'âge d'or. Un âge d'or  intellectuel, un âge d'or marchand et un âge d'or urbain.
Mais la peste n'est pas le seul événement négatif de l'époque. En effet, à la fin de ce VIe siècle, Marseille se trouve désormais loin des centres de pouvoir Mérovingien et Carolingien.
En 838, Marseille fut dévalisée par les Sarrasins et en 848 par les pirates grecs.
C'est après l'an mille que Marseille se réveilla. Elle participa aux Croisades. Les Marseillais sont présents en Afrique du Nord, et sont en possession d'un quartier à St-Jean d'Acre, en Palestine.
En 1347, la Peste Noire entre en Europe par le port de Marseille.

 À la sortie du « Vieux-port » : la mer !

En 1620, Pierre Puget de Gêne naquit à Marseille. Mais il n'y resta pas longtemps. Puis, dans les années 1660-1670, il revint à Marseille, et  fit des plans pour de nouveaux bâtiments, comme La Vielle Charité, qu'il fit  construire, sous le commandement de Louis XIV, dans les années 1670-1680.
En 1720-1722, une épidémie de Peste se propagea à Marseille. Elle provoqua la mort de plus de 100 000 personnes...
Au XIXe siècle, Marseille connaît des événements malheureux mais aussi heureux.
En 1820, Marseille souffre des conflits européens qui affectent le port.
En 1830, la prise d'Alger relance l'attractivité de la ville.
Au XXe siècle, en 1943, le 22 janvier, les Nazis emmènent 1642 personnes au camp de concentration de Compiègne.
Ils évacuent ensuite plus de 20 000 hommes. Le 1er février, après avoir consulté les autorités françaises, ils  dynamitent plus de 2 000 bâtiments.
Toujours au XXe siècle, la population migre pour des raisons professionnelles -c'est le cas des italiens par exemple- ou pour des raisons politiques comme les allemands fuyant les Nazis, le arméniens fuyant le génocide...

Balance utilisée jusqu'en 1948 pour peser des céréales.

ET AUJOURD'HUI, MARSEILLE ?

Aujourd'hui, quand on dit « Marseille », on pense tout de suite aux « règlements de compte ».
C'est vrai, le taux de mortalité par règlements de compte est élevé (13 entre Janvier et Septembre 2013), mais il est égal à celui de la Corse sur la même période. Et cela signifie 32 de moins qu'en 1985-1986 où le taux de mortalité à Marseille était de 45 par an !!! Et puis, la tuerie du Bar du Téléphone est aussi restée gravée dans les mémoires marseillaises : dix personnes ont été abattues au même moment, alors qu'elles discutaient dans un café. Sur ces dix personnes, il y avait certes des personnes malhonnêtes, mais aussi des innocentes. Terrible moment de 1978.


Mais POURQUOI toute cette violence ?
Dans la cité phocéenne, il y a un fort trafic de drogue, essentiellement du cannabis et de la cocaïne (36 tonnes de cannabis sont écoulées à Marseille chaque année). Le trafic de drogue commença au XXe siècle. Dès 1900-1910, l'opium en provenance des colonies Asiatiques entre, entre-autres, par le port de Marseille. Vers 1930, l'opium fut remplacé par l'héroïne, qui est par ailleurs fabriquée à base d'opium. Et présentement, c'est la cocaïne et surtout le cannabis qui prennent le relais. Cette drogue est vendue par des « caïds de la cité » qui sont des jeunes adultes ayant la vingtaine. Il font cela pour gagner de l'argent. En effet, le taux de chômage à Marseille est quasiment deux fois supérieur au taux  national.

Dans le quartier du « Panier », il n'y a pas que des règlements de compte... il y a aussi des jolis escaliers !


POURQUOI un taux de CHÔMAGE si élevé ?
Il a pour cause la disparition des usines marseillaises. Effectivement, vers les années 1950-1960, la France perd des colonies, et, du même coup, les produits venant de ces colonies. Seul problème : ces produits étaient, pour la plupart, transformés à Marseille. Les usines concernées furent contraintes de fermer. Les industriels s'en allèrent du centre  pour s'installer dans la banlieue. Mais la ville est dépourvue de transports en commun desservant la banlieue et les jeunes adultes ont rarement une voiture. Ils ne peuvent donc pas se rendre à l'endroit où il y aurait sûrement du travail. Alors, ils vendent de la drogue pour avoir un gagne-pain.
CONCLUSION : Si on ne touche pas à la drogue, aucun problème de ce genre ne nous arrivera. Vous pouvez donc partir à Marseille sans vous faire de soucis !

 

CULTURE

MUSÉES

Beaucoup de musées marseillais furent rénovés pour la Capitale Européenne de la Culture 2013. Le musée d'Histoire et des docks romains où se trouve le jardin des Vestiges ou le musée de la Faïence qui fut déplacé au château Borély font partie de ces musées qui furent réhabilités.
Le Muséum d'histoire naturelle et le Musée des Beaux-Arts sont abrités à la galerie Longchamp.

LITTÉRATURE

Petite biographie de MARCEL PAGNOL, grand écrivain marseillais :
Marcel PAGNOL est né le 28 février 1895 à Aubagne et mort le 18 avril 1974 à Paris (79 ans).
Il était écrivain, cinéaste et écrivit des pièces de théâtre.
Il était le fils de Joseph PAGNOL, instituteur, et de Augustine Pauline Henriette LA BROCHETTE DE LANSOT, couturière.
Le premier livre qu'il écrivit s'intitule :  LA GLOIRE DE MON PÈRE .

GASTRONOMIE

Ceci devrait rentrer dans la rubrique « cuisine » de ce journal, mais étant donné qu'un article sur Marseille est écrit, pourquoi ne pas parler de la cuisine marseillaise ?
Nombreuses sont les spécialités culinaires de Marseille. Nous vous en sélectionnons quelques-unes :
La Tapenade : pâte à tartiner à base de câpres, d'olives broyées et d'anchois.
La Bouillabaisse : plat à base de poisson, de légumes et de sauce.
L' Aïoli : sauce d'ail et d'huile d'olive.
La Fougasse, la Pompe, la Navette, etc...
Le Pastis : boisson alcoolisée faite d'épices et d'anis.

SPORT

L' Olympique de Marseille (ligue 1 de football) et le cercle des nageurs de Marseille sont les grands clubs sportifs marseillais.

Le Stade Vélodrome ( un peu sous la pluie ! ).

En 1937, on construisit le stade Vélodrome qui peut accueillir environ 60 000 spectateurs. C'est dans ce stade que les coupes du monde de football de 1938 et 1998 se sont déroulées. 

URBAIN

Le quartier historique (et le plus vieux) de Marseille se nomme « le PANIER ». Une partie de ce quartier fut détruite vers les années 1942-43 (2e guerre mondiale).


1. Basilique NOTRE-DAME DE LA GARDE (1853-1864)
2. Basilique SAINT-VICTOR  (Ve siècle)
3. Cathédrale de La MAJOR  (1852-1893)
4. Le Vieux-port
5. Quartier LE PANIER
6. CANNEBIÈRE
7. Palais LONGCHAMP
8. Gare SAINT-CHARLES
9. Fort SAINT-JEAN
10. Archipel FRIOUL

Dans le quartier historique « le panier »

Le Vieux-port est le cœur de Marseille. Puis, la ville s'est installée sur la butte St-Laurent. Rapidement elle s'agrandit et atteint la butte des Moulins, et enfin, elle englobe la butte des Carmes avant la fin du VIe siècle av. J-C.


LE PROVENÇAL

Un des deux dialectes parlé à Marseille est le provençal. Au XIXe siècle, Frédéric Mistral fixe l'orthographe moderne du Provençal.
Quelques mots de Provençal :
Bonjour = bonjorn
 Au revoir =  adessias/adieussiatz
Merci = marci/mercí
Pardon = perdoun/perdon
S'il vous plaît = se vous plais
Oui = o
Non = noun

LE CÉLÈBRE SAVON DE MARSEILLE


Le savon de Marseille est apparu en 1370. La formule de ce savon a été fixée au XVIIe siècle, sous le règne de Louis XIV. En 1688, Colbert limita l'utilisation du nom « savon de Marseille » aux savons fabriqués à partir d'huile d'olive dans la région de Marseille.
Il est constitué de 72 % de matière grasse. Le reste est la soude.

Le Vieux-Port, la nuit...

MONUMENTS

Cathédrale « la Major » : imposant bâtiment – un peu lourd – construit au XIXe siècle (entre 1852 et 1893 ). Elle se situe près du quai de la Joliette.

Basilique « St Victor » : La basique St Victor a été édifiée au Ve siècle. Son premier évêque se nommait Jean Cassien. Ce sont la crypte et l'endroit qui se trouve juste au-dessus qui ont été construits en premier, au Ve siècle. Elle fut détruite, reconstruite et agrandie au fil du temps.

Le cerceuil de St Victor.

( > en face, vous trouverez  le « four des navettes », seul endroit où l'on peut acheter les VRAIES Navettes, qui se gardent un an. Selon la tradition, on les achète le mardi gras et ce jour-là, on mange celles que l'on a achetées l'an dernier. )

Basilique « Notre-Dame de la Garde » : Bâtie en haut d'une butte, au XIXe siècle.

Elle est affectueusement surnommée par les Marseillais « la Bonne Mère » à cause de la statue qui est disposée en haut du clocher, qui est, elle, nommée « Bonne Mère ». Statue de 9 tonnes et entièrement dorée à la feuille.

Vieille Charité : Ancien hospice pour les malades pauvres, les indigents, il fut construit au XVIIe siècle, sur les plans de Pierre Puget. La Vieille Charité abrite aujourd'hui le musée d'archéologie méditerranéenne au premier étage et le musée d’arts africains, océaniens et amérindiens au deuxième étage.

Le MuCEM ( Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée ) : Il ouvre le  7 juin 2013, lors de l'année de la Capitale Européenne de la Culture.  Une passerelle permet d'aller du toit au Fort St Jean.

Fort St Jean : Construit au XIIe siècle, il avait comme objectif de protéger le roi contre les Marseillais. On peut le visiter gratuitement. De l'autre côté du Vieux-port, on trouve le Fort St Nicolas.

Palais Longchamp : Situé au bout du boulevard Longchamp, il fut construit en 1862 pour fêter l'arrivée de l'eau à Marseille. Il abrite deux musées : le musée zoologique et le musée des Beaux-Arts de Marseille.

Musée d'histoire et des docks romains : C'est un musée fort intéressant. Il compte onze salles intérieures et le jardin des Vestiges ( les docks romains ) à l' extérieur.

Musée Cantini : musée d'art contemporain de Marseille.

Lors de l'exposition César

Mairie du 1er arrondissement : Seul bâtiment qui en 1943 n'a pas été dynamité par les Nazis.

Les calanques de Marseille : Au bord de la Mer les calanques offrent un paysage magnifique. Leur couleur blanche vient du fait qu'elles sont en cal­caire. En y allant, on se rend compte que la végétation n'est pas très diverse. En effet, c'est une garrigue. Une garrigue est un endroit très sec où on trouve rarement des arbres.

Quelques images :

 

 

Quelques Explications sur des mots compliqués dans l'article ?

 

Rédacteur en chef depuis la création de Brik@Brak (à laquelle j'ai contribué) en 2014, je suis maintenant le réalisateur et le monteur de toutes les vidéos de B@B. Je m'occupe également de la partie design du site. Toutes ces occupations font que je n'ai plus tellement le temps pour écrire des articles, mais ne vous inquiétez pas, j'en fais encore.

 

1 commentaire

#1  - alexandre a dit :

J'ai diffusé votre blog sur mon mur facebook, je présume que mes amis risquent de l'adorer tout comme moi.

Répondre

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article