Brik @ Brak

Journal Brik @ Brak

B@B #78 - À toute vitesse avec l'Hyperloop !

Rédigé par Noé 3 commentaires

Paris-Marseille en moins d'une heure ? Impossible ? C'est ce que nous allons voir !

        Vous devez aller, ce week-end, chez votre ami de Marseille depuis Paris. Vous arrivez à la gare et compostez votre billet. Vous vous dépêchez d'aller sur le quai car vous venez d'entendre que votre train va partir. Vous montez les marches quatre à quatre et arrivez devant le train qui part dans un tube à toute vitesse. Mais vous vous dites : « Ce n'est pas grave, je prends le suivant. Il arrive dans deux minutes ». Deux minutes plus tard, un autre train arrive. Vous prenez place. Le train part alors à toute vitesse. Vous savez que de toute façon, vous arriverez dans un peu moins d'une heure…

 

        Vous allez me dire, après avoir lu cette petite introduction, que je vous conte un récit tout-à-fait extravagant. Sur plusieurs points d'ailleurs. Comment se fait-il qu'il y ait un train Paris-Marseille toutes les deux minutes ? Comment le train fait-il pour être à Marseille en moins d'une heure ? Impossible. Eh bien non. C'est possible … grâce à l'Hyperloop !

 

 

        Qu'est-ce que c'est ? Pourquoi ?

 

        L'Hyperloop est la dernière trouvaille du milliardaire Elon Musk, le PDG de SpaceX (entreprise spécialisée en aéronautique et en vol spacial), de Tesla Motors (entreprise de voitures électriques sportives ou autonomes qui a fait parler d'elle il y a peu de temps) et président du conseil d'administration de SolarCity (entreprise fabriquant et installant des panneaux photovoltaïques). Ces trois firmes sont très innovantes en matière de technologie actuellement.

 

Elon Musk

 

        L'Hyperloop, quand à lui, en est encore au stade de projet. Ce serait un train propulsé à une vitesse d'environ 1200 km/h dans un tube où le vide régnerait. Un train filant à la vitesse d'un avion, conçu pour rivaliser avec un projet de TGV aux Etats-Unis. En effet, le gouvernement américain, suite à des réclamations de citoyens, a opté pour la construction d''un train à grande vitesse reliant Los Angeles à San Francisco (environ 600km).

 

        Problèmes qui ont frappé Elon Musk : premièrement, le coût des travaux. Le projet de TGV est estimé à plus de 60 milliards de dollars, alors que le milliardaire estime celui de l'Hyperloop à 6 milliards (dix fois moins). Deuxièmement, la vitesse de 320 km/h, comparable à celle de notre TGV français actuel, qui pourrait bien être 3,75 fois supérieure dans l'Hyperloop (1200 / 320 = 3,75… Oui, c'est très complexe…). Ce deuxième point en engendre un troisième : le temps. Pour le TGV : 600km / 320km/h = 1,875 h soit presque deux heures… Par contre, pour l'Hyperloop : 600km / 1200km/h = 30 minutes.

        Tout cela a motivé Elon Musk à créer cet engin futuriste.

 

        Comment ça fonctionne ?

 

        Au début, je disais que les tubes seront entièrement sous vide, mais en fait ce n'est pas le vide total. La pression sera par contre effectivement 1000 fois moins importante que dans l'air ambiant. Un problème intervient alors : puisque le vide n'est pas total, il reste une certaine quantité d'air qui va venir s'accumuler sur le devant du train. Au fur et à mesure, ce phénomène aura deux conséquences majeures. Tout d'abord la rame ralentira progressivement. En suite, elle se réchauffera, risquant de s'e détériorer, tout en provoquant quelques frayeurs aux passagers qui sentiraient, petit-à-petit, la température augmenter.

        Heureusement, les ingénieurs d'Elon Musk y ont pensé. Ils ont rajouté à l'avant une hélice qui aspirera cet air, puis un compresseur qui le comprimera 20 fois. Une grande partie sera rejetée à l'arrière, le reste sera à nouveau compressé, cette fois-ci 5 fois pour former les cousins d'air rejetés par des patins en dessous du véhicule. Ils porteront ainsi les wagons d'une façon très stable, fluide et donc confortable.

 

        Mais où sera le tunnel ? Sous terre ? Non, cela reviendrait trop cher. Les ingénieurs ont pensé à deux tubes surélevés en haut de pylônes (25 000 pour le trajet San Francisco – Los Angeles) qui permettront l'aller et le retour. Pour réduire les coûts, l'Hyperloop se construirait à peu près sur la trajectoire du TGV (les terrains seront ainsi moins chers).

 

        Encore une fois se présentent quelques problèmes. Quand il y a un virage, la vitesse folle (1200km/h) provoque une force centrifuge tout aussi folle. Vous savez, cette force que vous ressentez en voiture quand vous tournez : vous êtes alors poussés vers l'extérieur. Les voyageurs seraient alors collés contre leur siège et le voyage serait inconfortable.

        Du coup, le milliardaire compte creuser des tunnels dans les reliefs sur le trajet. Ainsi le train pourra suivre une trajectoire optimisée et en quasi ligne droite. Les quelques virages qui devraient être pris ne seront pas du tout serrés.

 

        Elon a pensé qu'étant donnée la vitesse à laquelle allait l'Hyperloop, il pouvait avoir une cadence de rotation proche de celle d'un métro. Il a estimé que les passagers pouvaient entrer et sortir en moins de 5 minutes, ce qui sera donc à peu près la durée d'attente du train en gare.

 

Une gare d'Hyperloop

 

 

        Ça sera comment à l'intérieur ?

 

        L'Hyperloop étant avant tout sensé être un moyen de transport bon marché, les tubes ne seront pas très grands. Du coup, les rames encore moins. La hauteur plancher-plafond sera d'environ 1 mètre 10. Il n'y aura pas de sièges classiques comme dans les trains habituels. Non, vous serez dans des sièges semi-couchés, avec un écran LCD devant vos yeux pour vous faire patienter.

        Vous ne pourrez pas regarder par la fenêtre: il n'y en aura pas ! En effet, comme les tubes sont en métal, mettre une fenêtre avec vue sur rien n'apporte absolument ... rien. Et j'allais oublier un petit détail : passez au toilettes avant de monter… parce qu'il n'y aura pas de W.C. !

 

 

        Où en est la construction ?

 

        L'Hyperloop est entièrement opensource, c'est-à-dire que tout le monde peut prendre les documents, les modifier, proposer sa solution. Depuis cette année, plusieurs entreprises essayent de mettre au point un système d'Hyperloop. Il y a Hyperloop One qui a été soutenu par exemple par la SNCF, Hyperloop Transportation Technologies, une jeune pousse (le joli nom français pour start-up) américaine, et TransPod, une start-up à nouveau mais cette fois canadienne. Chaque entreprise imagine son propre modèle, avec son propre système, tout en restant fidèles à l'idée de départ d'Elon Musk. Elles font aussi des essais et sont encouragées par le milliardaire.

 

     

Les trois entreprises dans la course à l'Hyperloop

 

 

        Le mot de la fin

 

        L'Hyperloop, c'est bien beau sur le papier, mais quand on y regarde de plus près, il y a quelques détails à fignoler (entre autres l'absence de toilettes...).

        Par ailleurs, je l'ai souvent désigné sous le terme de « train », mais Elon Musk, le créateur, dit plutôt que c'est  :

« un cinquième mode de transport, en plus des bateaux, des avions, des voitures et des trains. »

 

        En conclusion, je dis : vivement qu'on puisse aller à l'autre bout de la France en moins d'une heure !

 

 

        Sources & Liens

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hyperloop

→ Science & Vie Junior n°290

→ Page officielle : http://www.spacex.com/hyperloop

→ Hyperloop One : https://hyperloop-one.com/ (source images aussi)

→ Hyperloop Transportation Technologies : http://hyperlooptransp.com/ (source images aussi)

→ TransPod : http://www.transpod.ca/ (source images aussi)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Elon_Musk (source images aussi)

Rédacteur en chef depuis la création de Brik@Brak (à laquelle j'ai contribué) en 2014, je suis maintenant le réalisateur et le monteur de toutes les vidéos de B@B. Je m'occupe également de la partie design du site. Toutes ces occupations font que je n'ai plus tellement le temps pour écrire des articles, mais ne vous inquiétez pas, j'en fais encore.

 

3 commentaires

#1  - simonne de montpe a dit :

super cet engin. vivement qu'il voit le jour.

Répondre
#2  - Pâko a dit :

Article passionnant ! Félicitations à Noé !
Je songe à m'installer sur la cote Corse et travailler Lyon... et bien sur faire la navette en Hyperloop tous les jours !

Répondre
#3  - Noé a dit :

Merci ! 😀
Après, je ne pense pas que la France soit vraiment une région très propice pour l'Hyperloop :
↪ Elle compte une trop forte densité de population, ce qui empêcherait de faire une ligne droite, ou quasi droite. La côte ouest des États-Unis, où le projet serait intéressant, est peu peuplé et désertique.
↪ Les distances sont moins grandes qu'aux États-Unis, donc il serait moins utile...

Mais bon, on a le droit d'avoir ses rêves ! 😄 (moi aussi j'en rêve…)

Répondre

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article