Brik @ Brak

Journal Brik @ Brak

B@B #62 - BREXIT

Rédigé par Jean 4 commentaires

Brexit or not Brexit : that is the question, nous aurait sûrement dit Shakespaere. 

Après 43 ans de vie commune avec l'Union Européenne, le Royaume-Uni exprime son envie de la quitter.  

   

 

Introduction...

- Vous avez sûrement déjà entendu parler du "Brexit" qui secoue le Royaume-Uni et plus largement l'Europe. "Brexit" est le résultat de la contraction de Britain (BR) et de EXIT qui se traduit en français par sortie. 

- Le  jeudi 23 juin 2016 est maintenant une date historique pour le Royaume-Uni, l'Europe et le monde entier. C'est ce jour-là que les Britanniques, ont été appelés à voter POUR ou CONTRE la sortie du Royaume-Uni  de l'Union Européenne. 

Petite info : Un référendum est "un vote qui permet à l'ensemble des citoyens d'approuver ou de rejeter une mesure proposée par le pouvoir exécutif." Le Robert illustré 2013

Un peu d'histoire et de géographie...

- Le Royaume-Uni est un pays qui se trouve au nord-ouest de l'Europe, juste au-dessus de la France. Il se compose de la Grande-Bretagne, la grande île à l'est du pays et de l'Irlande du nord. Le Royaume-Uni est une monarchie constitutionnelle constituée de 4 nations : L'Angleterre, l'Ecosse, le Pays de Galles et l'Irlande du nord. A sa tête, le Premier ministre David CAMERON. Le premier janvier 1973 le Royaume-Uni intègre la Communauté économique européenne, la CEE qui deviendra plus tard l'Union européenne.

                             

Ce qui s'est passé...

Le jeudi 23 juin 2016 a eu lieu un référendum sur la question du Brexit promis par David CAMERON lors de sa campagne électorale. La majorité des Britanniques ont voté pour le "OUT", c'est à dire le départ du Royaume-Uni de l'UE (Union Européenne) à 51,9 % des voix.

Mais en fait, pourquoi les Britanniques se posent-ils la question s'ils doivent quitter l'Union européenne ou y rester ?       

> Depuis le début de la construction européenne, les relations dans le couple Royaume-Uni - Union européenne  n'ont jamais été très bonnes. En effet

  • Charles de Gaulle n'était pas favorable à son entrée dans la CEE (Communauté économique européenne).
  • Margaret Thatcher, premier ministre du Royaume-Uni dans les années 80 et membre du Parlement du Royaume-Uni de 1959 à 1992 militait déjà pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

                                      

                             Charles de Gaulle                          Margareth Thatcher

  > Le Royaume-Uni avait refusé de se soumettre aux principales règles de l'UE (Union européenne), elle profitait alors de 4 dérogations encore appelées Opt-Out, voici les 2 principales:

  • le Royaume-Uni ne fait pas partie de l'espace Schengen qui permet de circuler dans les pays de L'UE sans contrôles aux frontières.
  • Le Royaume-Uni ne fait pas partie le l'UEM, l'Union Économique et Monétaire  de l'UE qui oblige à adopter une monnaie unique, ici l'euro.

 

                                                             

 

> Le Royaume-Uni paye plus qu'il ne reçoit. En effet:

  • Il paye environ 11 milliards de livres par an, ce qui équivaut à environ 13,5 milliards d'euros (la livre ou livre sterling est la monnaie du Royaume-Uni),  à l'UE. Mais ce montant est allégé par diverses aides venant de l'UE, comme pour l'agriculture.

 

Ce qui va se passer...

Il y a encore très peu de certitudes. En effet, un "divorce" prend toujours du temps, certains parlent de 2 ans. Ce qui est sûr, c'est que David CAMERON, le premier ministre britannique va démissionner, car il était favorable au maintien du Royaume-Uni dans l'UE. Il a annoncé son départ vers octobre de cette année 2016. On remarque aussi une chute dans toutes les grandes bourses mondiales à cause d'une multitude de mécanismes économiques. Certains parlent de libération, d'autres de désastre, de séisme européen... cela dépend du côté où l'on se positionne. 

Les économistes, eux, envisagent aussi une baisse du pouvoir d'achat des Britanniques: tous les produits importés devraient alors subir une taxe. Ils parlent aussi d'une baisse des revenus des Britanniques. Rien de très réjouissant. Néanmoins, ils n'auront pas à payer les 13 Mrd d'euros à l'UE. 

Suite aux résultats, l'Ecosse, où le taux de voix pour rester dans l'UE était supérieur à celui pour la quitter, demande son indépendance pour pouvoir rester dans l'UE.

Il en est de même à Londres où un journaliste anglais de 29 ans, James O'Malley, a créé une pétition qu'il a mise en ligne sur le site change.org et qui demande l'indépendance de Londres. Au début, il ne s'agissait que d'une blague, mais quand samedi cette pétition comptait déjà 130 000 signatures, la blague devint un événement.  

Dans plusieurs pays, des partis politiques appellent à un tel référendum dans leur pays. En France par exemple, l'extrême droite par la voix du FN, envisage elle aussi un Frexit si ce parti arrive au pouvoir. 

Classé dans : Jean Mots clés : aucun

4 commentaires

#1  - Koko a dit :

Intéressant.

Répondre
#2  - Pâko a dit :

voilà un article bien documenté.

Répondre
#3  - JeanJean a dit :

Que dire ...
Quels idiots ! Il fallait rester dans l'UE les anglais!!!!!!!

Répondre
#4  - Thierry a dit :

Tout le monde peut se faire plaquer !

Répondre

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article