Brik @ Brak

Journal Brik @ Brak

B@B # - Lefart les lettres mystérieuses FIN

Rédigé par Alexis Aucun commentaire

La suite de la fameuse histoire ee l'inspecteur Lefart...

Musée de guerre, 14:23

 

« Monsieur Lanse ?

-Oui. Qu'y a t-il ?

-Inspecteur Lefart. Vous êtes en danger. Quelqu'un veut vous tuer.

-M-Mais qui ? J-je n'ai aucun ennemi ?!

-Nous ne savons pas encore qui, mais désormais, vous serez accompagné de l'agent Le Bozec et de l'agent Le Gall.

-D'accord, fit le conservateur.

-Le Bozec, Le Gall, guettez bien, pas de pause, et surtout, faites très attention quand il sera aux alentours de 17 heures.

 

Commissariat de Douarnenez, 17h58

Le téléphone sonne. Je décroche.

« Allo, commissariat de Douarnenez, un problème.

-Allo, inspecteur Lefart ? C'est l'agent Leroux à l'appareil.

-Que ce passe t-il, agent Leroux ?

-Un nouveau meutre.

-Fais c****. Qu'est ce que c'est ?

-Je peux pas vous le dire au téléphone. Venez. Ca c'est passé en pleine rue, rue st Michel.

-OK, j'arrive. »

 

Je sautais dans ma voiture, démarra le moteur et fila à toute vitesse rue St-Michel.

Les policiers sur place n'arrivaient pas à calmer les témoins ainsi que la foule.

« Circulez y a rien à voir. Ah ! Inspecteur ! C'est pas beau à voir. »

Je me dirigeais directement vers le médecin légiste :

« Le mec a été frappé par derrière, et roué de coups au niveau de la tête. Impossible de saavoir qui c'est.

-Et on a pas trouvé de carte d'identité ?

-Si. Mais c'est pas la sienne. Elle appartient à une certaine Julia Queen.

-... Il se fiche de nous. Il joue avec nous. Cet assassin est vraiment … Un gros @#'(|è('|_.

-Je vous ai jamais connu aussi vulgaire

-Excusez moi... »............

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voilà. Lefart n'a pu finir on histoire. Le pauvre s'est fait assassiné avant. Comme c'est dommage. Mais il n'aurait de toute façon pas pu vivre très longtemps, car à cause de cette … de ce fiasco, il est tombé dans la drogue, et est devenu accro au stupéfiants. Ce qu'il ne savait pas … c'est que tout cela est … Ah ! Excusez moi, on toque à ma porte. Je pense que le grand final arrive. J'ouvre la porte.

« Ah ! Enfin ! Il vous en a fallu du temps pour trouver l'assassin, n'est ce pas Lefart.

-Vous avez trouvé mon carnet. Je peux rentrer ?

-Mais naturellement. C'est drôle tout de même de se faire accueillir par son assassin, non ?

-Techniquement je ne suis pas mort. Lorsque j'étais sur la moto, et que vous m'avez tiré dessus, je suis rentré dans le coma. En me réveillant, je donnais une grosse somme d'argent aux témoins pour qu'ils ne disent pas à la presse mon réveil. J'ai couru ici car …

-Donc vous saviez que c'était moi ?

-Bien sûr. Quelle idée d'acheter les appartements de ses victimes.

-C'était ma signature en quelque sorte. C'est dommage que vous ne soyez pas mort. Mais je le savais.

-Comment ?

-Oui ! Je le savais. Un de vos témoins était un de mes complices. Ils m'a tout raconté. Je savais donc tout. Ainsi que votre arrivée chez moi aujourd'hui. Et j'ai même appelé mes hommes pour qu'il se charge de vous. Regardez par la fenêtre, vous verrez toute ces voitures. Pour vous tuer.

-Je vous invite à le faire vous même.

-De... de... de quoi?! Non ! Vous avez appelé les flics !

-Oui. J'ai même enregistré vos aveux.

-Tant pis pour vous, Lefart, je vais vous tuer de mes mains !!!!! »

A ce moment là, la fenêtre de l'appartement de Lefart se brisa et le meurtrier en tomba. Il était mort.

 

 

Rédacteur en chef depuis le début de l'aventure du journal, je suis plein de curiosité que j'aime vous faire partager.

Les tops et les "le Saviez-vous ?" sont mes articles les plus fréquents, mais il m'arrive d'écrire des articles sur un sujet précis.

 

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article