Brik @ Brak

Journal Brik @ Brak

B@B #54 - Robotique : Partie 6

Rédigé par Noé 5 commentaires

Les robots, je vous en avais déjà parlé à plusieurs reprises dans des précédents articles de la série Robotique, mais voilà, ils évoluent et s’installent de plus en plus dans nos vies.

Sommaire

-> Introduction

-> Un développement croissant de robots humanoïdes ces dernières années

-> L'intelligence artificielle

-> Le mot de la fin

 -> Les petits liens

 

Introduction

On en trouve déjà énormément sous forme de bras robotisés dans les grandes entreprises comme les usines de voitures, par exemple. Mais dans ces cas-là, ce ne sont pas des robots à intelligence artificielle… « Intelligence artificielle » ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Un robot doté d’une intelligence artificielle est capable de réfléchir par lui-même. Il va pouvoir s’adapter à la situation à laquelle il est confronté. Vous avez un exemple d’intelligence artificielle sur votre téléphone : le système de reconnaissance vocale comme Siri ou OK, Google qui s’adapte à ce que vous dites pour parler, vous proposer une recherche sur internet ou encore ouvrir votre calendrier. Ce n’est peut-être pas vraiment ce que vous imaginiez avec des robots tueurs capables de commander des armes sur Amazon ...

 

Un développement croissant de robots humanoïdes ces dernières années

Prenons par exemple l'entreprise française Aldebaran Robotics qui a conçu le petit robot (58 cm) Nao que vous connaissez certainement. Depuis sa première version en 2006, il a beaucoup évolué et en est à sa septième version. Il est personnalisable : en effet, chacun peut en faire l'utilisation dont il a envie en installant des logiciels selon ses besoins. Il est capable de parler avec vous et même de vous apprendre des choses, comme par exemple vous apprendre des mouvements de base pour danser. « Concrètement, où est utilisé Nao ? » Il fait partie de la troupe du spectacle "ROBOTS" en 2013 où il dansait. Il est aussi utilisé dans un hôtel situé dans un parc d'attraction depuis 2015 où il donne des informations aux clients dans plusieurs langues différentes. L'association "Autistes sans frontière" l'a adopté pour qu'il encourage certains enfants.
Nous avons là un type de robot personnalisable et plutôt développé du côté "Intelligence artificielle".

            Citons maintenant l'entreprise américaine très connue, Boston Dynamic. C'est cette entreprise qui a conçu le robot humanoïde nommé Atlas. Il peut marcher sur des terrains accidentés sans tomber et possède une grande stabilité. Cette entreprise a aussi fabriqué Big Dog qui peut porter des charges très lourdes et qui a, lui aussi, une stabilité extraordinaire. On le voit dans la vidéo de présentation marcher et glisser sur du verglas sans tomber, ou encore être violemment poussé sur le côté et se rattraper. Seul bémol : quelqu'un doit le piloter avec un ordinateur pour qu'il avance, ce qui n'est pas le cas de Nao. On le voit aussi ouvrir des portes... sur lesquelles sont collées des QR-codes géants, qui sont lus par un capteur installé sur le robot.

Atlas

 

Asimo est aussi l'un des robots les plus développés pour le moment et a été conçu par Honda. Il est capable d'évoluer dans un environnement de manière autonome. Il peut courir jusqu'à 7 km/h. Sur la vidéo, on le voit pousser un petit chariot, prendre une bouteille, l'ouvrir et verser son contenu dans un verre. Le Japon investit beaucoup dans la recherche sur la robotique car la population japonaise est vieillissante ; les robots pourraient alors aider les personnes âgées dans des maisons de retraite, par exemple.

 

L'intelligence artificielle

L'intelligence artificielle permet à un robot de faire des choses qui normalement requièrent une intelligence humaine. Quand une machine faisait des calculs, elle était, au début de l'automatisation et de l'informatique, qualifiée d'intelligence artificielle. Maintenant ce mot est utilisé pour des machines ayant un programme plus développé. Il désigne un robot qui peut faire des actions complexes, qui peut évoluer dans un environnement en totale autonomie, qui peut améliorer lui-même son intelligence en apprenant de ses échecs et erreurs.

           Ainsi, le joueur de go de l'entreprise Google, qui a battu le champion du monde de Go, un jeu très complexe, a appris lui-même à être fort. En effet, les développeurs lui ont tout d'abord intégré quelques connaissances et les règles de base. Puis ils l'ont fait jouer contre lui-même de nombreuses parties pour qu'il apprenne de ses erreurs et qu'il les corrige jusqu'à devenir un super-champion de Go.

           Comparons avec le célèbre robot joueur d'échecs du XXe siècle, Deep Blue, développé par IBM, qui avait battu le champion du monde de cette discipline. Lui n'était pas programmé pour progresser au fil des parties mais plutôt pour utiliser des énormes quantités de données (par exemple beaucoup beaucoup beaucoup de parties déjà jouées) que les développeurs lui avaient injecté.

Kasparov contre Deep Blue

 

Il faut aussi dire qu'un robot devrait avoir le sens commun. C'est le savoir que l'on ne trouve dans aucune encyclopédie. Par exemple : on dit "Je vous parle" n'est-ce pas ? Mais maintenant, si on demande à un robot si la phrase "Tu vous parles" est juste, il risque de vous répondre oui... Vous saisissez le problème ?

            Nous parlions tout à l'heure du robot champion d'échecs. Pour savoir si un robot est doté d'une intelligence artificielle, il va falloir faire un test de Turing. On met un robot devant un écran et on le laisse, par exemple, parler sur un réseau social. Dans une autre pièce, un humain est aussi devant un écran et parle avec le robot en pensant que c'est un humain. S'il ne se rend compte de rien et pense que le robot est humain, alors le test de Turing est réussi. Deep Blue, le champion d'échecs, en aurait été incapable.

 

Le mot de la fin

Pour conclure, les intelligences artificielles peuvent réagir et évoluer comme les humains. Depuis quelques années, le développement de ce type de robots connait un véritable essort. Mais pour programmer une intelligence artificielle (presque) parfaite, il faudrait des ordinateurs quantiques, qui sont supuissants. Mais ça, c'est une autre histoire !

 

Les petits liens

-> Vidéo de présentation d'Atlas : https://www.youtube.com/watch?v=rVlhMGQgDkY

-> Vidéo de présentation de Big Dog : https://www.youtube.com/watch?v=xqMVg5ixhd0

-> Vidéo de présentation d'Asimo : https://youtu.be/RRVZjdk5OsQ?t=49s

-> Bande dessinée sur l'Intelligence artificielle (que je vous conseille) : http://www.lelombard.com/bdtk/

Rédacteur en chef depuis la création de Brik@Brak (à laquelle j'ai contribué) en 2014, je suis maintenant le réalisateur et le monteur de toutes les vidéos de B@B. Je m'occupe également de la partie design du site. Toutes ces occupations font que je n'ai plus tellement le temps pour écrire des articles, mais ne vous inquiétez pas, j'en fais encore.

 

5 commentaires

#1  - Koko a dit :

Trop mignon, Nao !

Répondre
#2  - #Lol a dit :

C'est vrai que Nao est trop mignon !!!

Répondre
#3  - Pâko a dit :

absolument passionnant cet article. On apprend plein de choses.
Reste plus qu'à inventer la machine ultime qui fait les courses , le ménage, s'occupe des enfants, fait la cuisine, le café, téléphone aux administration à notre place, va au boulot à notre place, etc... et qui nous distrait un peu car on risque de s’ennuyer fortement !
Attention, bientôt les journalistes seront peut-être remplacés par des IA !
Bien à vous,
Pâko

Répondre
#4  - Tonton Fifi a dit :

Très bon article, merci Brik et Brak!

ET pour pâko: Aaaaah, mais ca existe, les robots ultimes! Bon, il faut plusieurs robots, mais ils font le job. Voyez ce document authentique saisi sur le vif par Yves Challand vers la fin des années 80 (si je me souviens bien):
http://dekluizenaar.mimesis.nl/wp-images/chaland_litho.jpg

Et puis, sur l'intelligence artificielle,pour Brik et Brak, il y a l'histoire intéressante de Tay, intelligence artificielle mise en ligne par Google début Mars 2016, et qui devait dialoguer avec le monde et se nourrir de ses conversations pour développer son intelligence. Malheureusement, Tay a surtout été abreuvé de bêtises, qui l'ont, en une journée, rendu moins intelligent et tolérant qu'au départ. Si con et méchant même, que Google a arrêté les frais au bout de 24 heures.

Répondre
#5  - noe a dit :

Il me semble que Tay a été mis au point par Microsoft et non par Google...

Répondre

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article