Brik @ Brak

Journal Brik @ Brak

B@B #11 - Dossiers sur Lefart

Rédigé par Alexis 5 commentaires

Dossiers sur Lefart

Prologue : Pas tout à fait mort

 

Je suis l'acheteur de l'ancien appartement de Lefart, avant sa mort tragique. L'enquête a démontré dernièrement que ce serait les services secrets américains, le FBI, qui fusillait, il y a seulement quinze jour, Lefart, en pleine rue à Colmar. Lors de mon déménagement, les déménageurs ont, en retirant le réfrigérateur, découvert un trou, à peu près de la taille d'un chat, avec une malle remplie d'affaires de Lefart. Certaines résolues, d'autres hélas, non. Ces feuillets furent, pendant quelques semaines, mon livre de chevet. En voici quelques unes :

 

 

Chapitre 1 : La maison maudite

 

C'était un jour d'automne gris, morose. Je regardais par la fenêtre le bal dansant des feuilles rouges, jaunes, et parfois brunes, arrachées par le vent. Quand soudain, j'entendis quelqu'un frapper à ma porte. C'était une femme plutôt âgée, aux cheveux blancs et parsemée de rides. Elle s'assit sur mon canapé, et refusa le café que je lui tendis.

 -Peut-être préférez-vous une tasse de thé ?

 -Oui, volontiers, dit-elle sur un ton mélancolique.

 -Je fais bouillir l'eau et pendant ce temps, racontez-moi l'histoire.

Je me levai, mis de l'eau dans la bouilloire, puis revins vers ma cliente.

« C'était un magnifique jour d'été de 1985, nous mangions alors dehors, ma mère et moi, dans la maison familiale. C'était le matin, j'avais alors 35 ans. Mes parents m'avaient invitée à dormir chez eux. Nous étions inquiets de ne pas voir mon père, qui était très matinal. Nous sommes alors montés dans sa chambre. Ce que nous avons vu était alors terrible. Mon père était allongé sur son lit, son drap couvert de sang. Il était mort, assassiné. Et la réaction de ma mère était très étrange. » Je me levai et prii la bouilloire, puis versai de l'eau bouillante dans une tasse. Je suivais la méthode anglaise : ne jamais verser l'eau puis mettre le sachet de thé, mais verser l'eau sur le sachet de thé. Je s'assis en face de sa cliente et lui donnai la tasse, tout en lui disant : « Continuez, votre histoire est très intéressante. » La femme récita alors : « Je disais donc que la réaction de ma mère fut très étrange. En effet, lorsque je vis cela, je me précipitai vers le combiné téléphonique. Mais ma mère m'en empêcha et me dit fermement, tout en me lançant un regard froid dans les yeux : N'appelle pas la police. Raccroche ! » Je l'interrompis, et articulai : Vous voulez dire que votre mère ne voulait pas divulguer cette information? Et qu'est-ce qui vous empêchait de ne pas le faire chez vous ? Il y eut un long silence tout à coup. Et la cliente bégaya : J … Je n'avais pas de chez moi. Je m’étouffai dans ma tasse de thé.

-Vous, vous étiez sans domicile fixe ?

-Pas exactement. Je vivais dans une maison délabrée. Sans électricité, ni gaz, juste un lit, de quoi me laver, et je mangeais cru.

-Mais, vos parents ne vous ont pas aidée ?

-Non. Mes parents étaient … Ils ne m'aimaient pas.

-Et pour revenir à cette affaire, vous êtes chez moi parce que votre mère, Estelle Robillon, est morte avant-hier, dans la nuit, dans la même chambre, des mêmes circonstances qu' il y a maintenant trente ans exactement, n'est-ce pas ?

-Oui … Comment l'avez-vous deviné ?

-Je lis les journaux … Madame Robillon. Finissez votre thé, nous irons chez vous pour enquêter après.

-Vous n'avez pas de sucre ?

-Pardon ?

-Du sucre, vous n'en avez pas ?

-Euh … Non.

-Bon tant pis … Lorsque la cliente finit son thé ils sortirent et allèrent en direction de la maison.

 

15 minutes plus tard.

 

-Voilà la maison. La clé est dans ma poche, et … Oh non.

-Un problème ?

-Euh … Ma poche a un trou … Ah, ouf, je l'avais mise dans l'autre poche. Voilà, je vous ouvre.

-Merci. Juste quelques questions, connaissez vous des gens qui pourraient vouloir du mal à vos parents ?

-Oui, il y a cet homme qui voulait acheter la maison. Mais ils avaient refusé … Et ce collègue de bureau de papa et maman. Ils les détestaient. Et c'était réciproque.

-Et avez-vous un alibi ?

-Non. Hélas.

-Intéressant. Peut être avez-vous d'autres informations?

-Oui, papa était bizarre avant sa mort. Sinon, non.

-Et quel métier auriez-vous rêvé de faire ?

-A vrai dire, j'ai été embauchée dernièrement en tant qu'actrice.

-Bon. Merci. Je vais aller voir votre chambre, puis ce collègue de bureau.

 

Dans la chambre ou j’étais tout seul, mon attention fut tout de suite attirée par une espèce de poussière blanche. En la goûtant, il remarqua que c'était du sucre. Tout de suite, tout s'éclaircit. Ma cliente m'avait demandé du sucre. Mais oui, cela colle ! Elle avait un trou dans la poche ! Elle avait un sachet de sucre, dans cette poche. Pourquoi avoir du sucre dans sa poche? Pourquoi avoir tué ses parents ? Elle les détestait, voilà pourquoi ! Elle les a assassinés ! Tout à coup, un cri s'entendit du bas. Lorsque je descendis rapidement, je la vis morte. Et je me rappelai avoir vu dans les journaux un vol étrange, au théâtre, de sang artificiel. Et elle est actrice. Je me lançai :

-Mme Robillon, veuillez me suivre au commissariat immédiatement.

-Comment avez vous deviné ?

-C'est une longue histoire.

Et je me mis à tout lui raconter, comme je vous le raconte, à vous qui avez trouvé ce carnet.

 

 

 

 

Rédacteur en chef depuis le début de l'aventure du journal, je suis plein de curiosité que j'aime vous faire partager.

Les tops et les "le Saviez-vous ?" sont mes articles les plus fréquents, mais il m'arrive d'écrire des articles sur un sujet précis.

 

5 commentaires

#1  - Pakô a dit :

comment faire revenir l'inspecteur Lefart ?

Répondre
#2  - Koko a dit :

dans un passage de ce récit il y a marqué :
Dans la chambre ou j' était tout seul, mon attention attention etc, etc ...
sinon, c' est une super histoire !!!

Koko

Répondre
#3  - alexis a dit :

@Koko :
Merci, je vais rectifier cela dès que possible !

Répondre
#4  - Royco,et le travail avance a dit :

C'est moi où il y a une faute à <<quinze jour >> c'est pas quinze jourS
Sinon c'est un article interésant

Répondre
#5  - Mireille a dit :

Lefart sortira-t-il un jour en livre ? Je n'attends que cela !

Répondre

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article